GNV : LA FIN PROGRAMMEE D'UNE AMBITION EPHEMERE

GNV : LA FIN PROGRAMMEE D'UNE AMBITION EPHEMERE

 

Fort de sa politique en matière d'écologie, le Maire de Paris lance dans le début des années 2000 un nouveau projet visant à l'utilisation d'un carburant non polluant et alternatif à l'essence et au gas oil pour l'ensemble de ses véhicules administratifs (automobiles et poids lourd) : le Gaz naturel de ville (GNV). Ce carburant étant le même que celui utilisé dans nos foyers pour nos chauffe eau ou gazinière.
Son principe est simple : acheminement du gaz à l'aide de canalisations par voie souterraine jusqu'à une station par laquelle les véhicules roulant au GNV se rendent pour faire leur pleins. On injecte ce gaz ensuite sous pression dans des bouteilles fixées sur le véhicule en guise de réservoir. Temps de remplissage : pas plus de 10 mn en moyenne selon le type d'engin. Ce gaz hautement inflammable une fois à bord est totalement sécurisé par une soupape de sécurité permettant en quelques secondes d'évacuer l'ensemble du contenu des bouteilles à l'air libre en cas d'urgence.

Une étude de marché est lancé et dès l'année 2002 - 2003 on voit apparaître les premières bennes à ordure ménagères équipées en mode de propulsion au GNV sur le site du garage d'Ivry Bruneseau, choisi pour sa proximité avec la station de distribution de ce fameux carburant.
Si l'idée d'un carburant « propre » parait séduisante à première vue, il n'en reste pas moins qu'il offre de nombreux inconvénients : consommation beaucoup plus importante qu'un véhicule classique d'où la nécéssité de pleins plus fréquent, lieux de remplissage restreint, coût de maintenance élevé et formation spécifique, garages n'étant pas aux normes GNV pour accueillir ces véhicules .
En dépit de cela, l'enguouement pour cette nouvelle énergie ne faiblit pas et en quelques années, d'autres modèles de véhicules GNV voient le jour, notamment des véhicules automobiles ainsi que des arroseuses de chaussée réparties sur différents sites. (Ivry victor hugo, aubervilliers et plus récemment le site de st ouen qui vient de réceptionner de nouvelles bennes à ordures ménagères).
L'avenir du G NV semble donc bien prometteur et pourtant dès 2009, Le Maire annonce la suspension de tout achat de véhicule au GNV pour une durée indeterminée. Motif invoqué : les restrictions budgétaires imposées ne permettent plus l'acquisition de ces engins qui sont 20 à 25% plus chers qu'un modèle gas oil. L'aspect financier est donc la version officielle de cet arrêt. Certaines rumeurs laissent toutefois à penser que cette décision de suspendre le GNV est plutôt motivée par un changement de politique.

Il est donc à supposer d'un arrêt définit du programme GNV sans trop de perspectives de reprise.(Les verts n'ayant non plus le poids nécessaire à la ville de Paris)

Le projet GNV aura été l'enjeu d'un Maire qui, comme ce carburant, s'est très vite enflammé pour s'éteindre aussitôt.

 

Mis en ligne le 11 décembre 2009  |  Dernière mise a jour 17 décembre 2009